Le visage de l’ennemi

La journée du lendemain sembla durer une éternité. La mission confiée par Aran Linvail ne paraissait plus du tout aussi simple, et il régnait une inexplicable agitation sur les docks de la ville. Ils n’avaient rendez-vous qu’à la tombée de la nuit, mais Daren ne parvint pas à se détendre le restant de la journée. Les paroles de Jaheira au sujet de leur mission avaient semé le trouble dans son esprit, et rendaient cette simple surveillance particulièrement angoissante. À cela s’ajoutait l’attitude distante d’Aerie à son égard ajoutait, qui à son grand désarroi semblait soudainement préférer la compagnie de Minsc à la sienne. La nuit finit par tomber, et le petit groupe se rendit comme convenu sur les quais. Aran ne leur avait pas donné une description précise de leur contact, mais celui-ci devait sans doute attendre leur arrivée.

 

− Bonsoir, Daren.

 

Une jeune femme à l’allure svelte venait de le saluer d’un geste, appuyée sur de larges caisses.

 

− Je suppose que vous devez être Mook ?, répondit Jaheira d’un ton froid.

− C’est exact. C’est donc vous qui êtes de corvée ce soir ?

 

Daren acquiesça d’un hochement de tête, et la jeune femme reprit.

 

− Vous vous êtes fais une réputation dans le coin, vous savez ?

 

Un léger sourire se forma sur ses lèvres au regard incrédule de Daren, et elle continua sans lui laisser le temps de répondre.

 

− J’espère que cette simple surveillance ne sera pas trop indigne de vos exploits…

 

Le regard de Jaheira se fit aussitôt plus menaçant, mais Daren la coupa avant qu’elle n’intervînt. La demi-elfe avait été particulièrement hostile à accomplir quelque travail que ce fût pour le compte des Voleurs de l’Ombre, considérant à juste titre qu’ils avaient déjà chèrement payé leur dû, mais lui-même préférait s’en tenir à la proposition de leurs alliés.

 

− Et si vous nous expliquiez ce qui se passe et ce à quoi nous devons nous attendre ? Nous serons sans doute plus utiles si vous nous dites ce que vous avez observé.

 

Mook sortit une dague de sa ceinture, qu’elle balança nonchalamment d’une main à l’autre. Elle paraissait sûre d’elle, et se plaisait visiblement à le démontrer.

 

− Très bien, répondit-elle une fois ses armes rengainées à sa ceinture. Depuis que le soleil est couché, j’ai vu passé quatre fois le même homme dans cette rue. Il avait l’air légèrement différent à chaque fois, mais je sais que c’était le même.

− Et qu’est ce qui vous permet d’affirmer que c’était bien le cas ?, répondit Jaheira, haussant les sourcils d’un air incrédule.

− C’est mon métier de savoir, trancha aussitôt Mook. Il s’est à chaque fois arrêté pour un prétexte quelconque non loin de la cargaison, mais j’ai nettement distingué son regard rivé sur moi.

−          Comment expliquez-vous que son visage ait semblé changé ?, demanda Aerie. Il se pourrait que ce soit plusieurs personnes différentes, vous ne croyez pas ?

 

Mook fixa l’elfe longuement d’un regard condescendant, puis continua en ignorant sa question.

 

− Je suis à peu près sûre qu’il va revenir. Il s’attendra sûrement à trouver des renforts, mais mettra à profit ses atouts naturels.

 

Ses paroles se voulaient angoissantes, et la jeune bretteuse prenait un certain plaisir à voir le visage préoccupé de ses compagnons de nuit.

 

− Mais pourquoi attendrait-il que des renforts arrivent pour attaquer ?, finit par demander Daren. C’est absurde !

− La nuit, répondit aussitôt Mook. La nuit. Nous ne combattons pas une guilde comme les autres, et la nuit donne une force très particulière à nos ennemis. Ah…

 

Elle posa un doigt sur ses lèvres et fit signe au petit groupe de se mettre en retrait.

 

− Je crois qu’il arrive, chuchota-t-elle. Nous allons être fixés.

 

Quelqu’un approchait. La lune était voilée de quelques nuages, mais on devinait la pâleur du visage du visiteur sous sa capuche, qui tranchait avec sa sombre tenue. Mook fit quelques pas en avant. Elle avait adopté une attitude décontractée, mais Daren remarqua sa main droite dans son dos, prête à se refermer sur la garde de son arme.

 

− Bonsoir, mon ami !, lança-t-elle.

− Bonsoir, Mook.

 

Elle s’arrêta. La voix de son interlocuteur était nasillarde, presque joyeuse, et il maniait aussi bien qu’elle sa technique de déstabilisation.

 

− Qui me parle comme s’il me connaissait ?, répondit la voleuse. Je ne crois pas que nous nous soyons déjà rencontrés.

− Mais moi, je te connais, Mook. Je te connais aussi bien que ceux qui se cachent avec toi.

 

Il leva sa capuche, découvrant un visage blafard et angoissant. C’étaient eux, à nouveau. Tous les quatre se rappelaient les corps ensanglantés des Voleurs de l’Ombre qui avaient croisés le chemin de l’un des leurs, et la terrifiante facilité avec laquelle il les avaient tués.

 

− Sache avant d’embrasser la Vraie Mort que Lassal sera ton bourreau.

 

Il avança de quelques pas lui aussi. Ses yeux fixaient Mook d’une lueur rougeoyante, mais la jeune femme ne bougea pas. Il se tenait juste devant elle, sa main blanche caressant sa nuque, mais elle n’esquissa pas le moindre mouvement, malgré la menace évidente.

 

− Laisse-là !, hurla Jaheira en sauta de sa cache. Laisse-là et bats-toi, démon !

 

La créature tourna son visage souriant vers la demi-elfe, et trancha au même moment le cou de sa proie. Le sang gicla, et Mook s’effondra, sans vie.

 

− À votre tour, mortels.

 

Minsc chargea. Malgré leur supériorité numérique, Daren pressentait que cette créature ne les craignait pas. Elle avait tué cette femme de sang froid, et semblait jubiler à la simple idée d’une autre confrontation. Daren suivit le rôdeur et rejoignit Jaheira qui avait déjà dégainé son arme. Leur adversaire se mouvait avec une dextérité presque surnaturelle, esquivant facilement leurs coups. Il ne portait pas d’arme, mais des sortes de griffes invisibles lacéraient leurs armures à chaque coup. Jaheira était une redoutable combattante, et maniait sa longue arme pour tenir leur ennemi à distance. Aerie était restée en arrière, préférant ne pas user de magie en pleine ville et s’attirer ainsi les foudres des Mages Cagoulés, mais ils étaient tous trois de suffisamment bons duellistes pour parvenir à percer ses défenses. Minsc saisit une seconde de faiblesse de leur adversaire et planta son arme dans l’épaule de la créature, arrachant presque de ce coup son bras.

 

− Regardez-moi…, susurra-t-elle d’une voix douce. Regardez-moi…

 

Minsc demeura immobile, ses deux mains serrant toujours la garde de son épée. D’un geste de sa main libre, la créature retira la lame de son corps et approcha ses griffes du rôdeur.

 

− Laisse-le !, hurla à son tour Daren.

 

Le démon se tourna vers lui. Jaheira à ses côtés n’était pas intervenue, et Daren découvrit avec horreur les bras ballants de la druide, et le son de son bâton tombant au sol résonna un instant dans le silence de la nuit. Que se passait-il ? Son regard croisa celui de Lassal, et une voix lancinante s’insinua dans on esprit.

 

« Tout est calme. La mort sera pour toi une délivrance. »

 

Instinctivement, Daren baissa son arme. Il ne voyait plus que deux points rouges, au centre d’immenses cercles noirs. La nuit. La mort.

 

− Daren ! Maintenant !

 

Un éclat argenté aveuglant le ramena à la réalité. Il lui sembla sortir la tête hors de l’eau, et qu’un air pur s’engouffrait à nouveau dans ses poumons asphyxiés. La créature émit un sifflement agacé et se protégea le visage de la lumière. Daren n’eut qu’un geste à faire, et la transperça d’un seul coup de son épée.

 

− Arrivistes ! Vous n’êtes rien, et vous serez bientôt morts…

 

Son coup lui avait transpercé l’abdomen, et le démon devant eux tremblait de tous ses membres. Daren enfonça encore plus profondément sa lame, arrachant un nouveau gémissement à son adversaire, lorsque tout à coup, il disparut. Un nuage bleuté se forma au sol, à l’endroit exact où se trouvait leur ennemi. Le nuage dériva au gré de la brise et s’évanouit dans les ténèbres de la nuit.

 

− Daren ! Jaheira ! Minsc !

 

Aerie accourut au secours de ses compagnons tandis que la druide et le rôdeur reprenaient leurs esprits.

 

− Que s’est-il passé ?, articula péniblement Jaheira.

− Bouh a l’impression d’avoir avalé trop d’hydromel ! Et Minsc aussi.

 

Daren se tourna vers Aerie. Elle croisa un instant son regard, le visage encore tremblant de peur.

 

− J’ai… essayé de faire mon possible…

− C’est bien ce que je craignais, la coupa Jaheira.

 

Tout le monde se tut. La druide fronça les sourcils, le visage soucieux, et continua d’un murmure à peine audible.

 

− Des morts vivants…

− Hein ?, s’exclama Daren. Mais ils sont bien vivants, pourtant !

− Regarde ta lame… Ne remarques-tu rien ?

 

Daren leva sa lourde épée, et examina les runes gravées sur le tranchant à la lueur de la lune. Elle était telle qu’il l’avait toujours vue, acérée et inaltérable. Aerie fut la première à lui répondre.

 

− Le sang…, murmura-t-elle.

− Oui, petite, ajouta Jaheira.

 

Daren réalisa tout à coup ce qui lui avait échappé dans l’excitation du combat. Il venait de transpercer le corps de leur ennemi, mais sa lame ne comportait aucune trace rouge. Cela ne pouvait signifier qu’une seule chose. Que la créature était déjà morte.

 

− Mais… Comment est-ce possible ? Jaheira ? Comment ?

− Les morts-vivants sont des êtres arrachés aux Plans Inférieurs par une puissante nécromancie, expliqua la druide. La plupart ne sont plus que l’ombre de ce qu’ils étaient de leur vivant. Des pantins décérébrés n’agissant que sur ordre de leur maître. Il s’agit déjà là d’une magie particulièrement noire et impure. Mais…

− C’était donc vrai…, murmura Aerie, le regard perdu dans ses souvenirs. Mes maîtres m’ont parlé d’autres créatures ramenées à la vie par les Dieux eux-mêmes. Des créatures si maléfiques de leur vivant qu’elles ont gardé leurs souvenirs et leur volonté dans la mort. On… on ne peut les tuer par de simples armes, et même la magie divine de Baervan n’a pas été en mesure de la faire disparaître… Je suis désolée…

 

Elle baissa les yeux, s’excusant de ne pas avoir été à la hauteur.

 

− Tu nous as sauvés d’une mort certaine, Aerie, répondit Jaheira. Ton pouvoir n’est peut-être pas suffisant pour l’avoir mis en déroute, mais il nous a sorti de la transe hypnotique dans laquelle il nous avait plongés.

− J’ai croisé son regard, ajouta Daren d’un ton rêveur. Et je n’ai aucun souvenir de ce qui s’est passé ensuite, avant ton intervention.

− Minsc et Bouh n’utiliseront pas leurs yeux, la prochaine fois ! L’odorat de Bouh peut remplacer n’importe quel œil !

 

Ils couvrirent le corps de la voleuse d’un drap et s’assirent en silence. Mook était morte, et ils devaient maintenant attendre la relève de la nuit. Daren avait la nette impression que ce Lassal n’était pas venu simplement pour voler ces caisses entassées sur le pont. La cargaison qu’ils devaient surveiller contenait des armes, sûrement issue de la contrebande, mais il n’utilisait pas d’arme, pas plus que les autres créatures de son espèce qu’ils avaient croisées les nuits précédentes. Son but était sans aucun doute tout autre. Aran avait mentionné que la guilde rivale capturait ses hommes, et leurs corps devaient avoir plus de valeur à leurs yeux que ces simples jouets de métal.

 

Le millieu de la nuit était passé depuis plusieurs heures déjà. Aerie et Jaheira surveillaient les rues avoisinantes à tour de rôle, mais seuls quelques marins avinés titubant vers la taverne la plus proche troublèrent encore le calme qui était revenu sur les docks. Une cloche sonna au loin. Les fidèles de Lathandre, le dieu de l’Aube, annonçaient le lever du jour. Une patrouille discrète vêtue de cuir noir s’avança vers le pont et fit un signe au petit groupe, leur indiquant qu’ils pouvaient rejoindre leurs quartiers.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s